Planet Arrakis

Jeux de rôle, jeux de plateau, prenez ce qui vous plait…

Archive pour inspiration

Sur la route de Hochsleben, la Cité des Adieux (5/5)…

Hochsleben, c’est deux villes en une : la ville minière, la fin de la silberwek, le chemin de l’argent, de l’étain et de l’or qui irrigue l’empire et la Cité des Adieux, là où Sigmar fit ses derniers pas en terre humaine.

C’est, en effet ici, le dernier endroit navigable du Reik Supérieur. Après, le fleuve se jettent dans de terrifiantes chutes et devient le Reik bleu, un vaste torrent qui remonte dans la montagne elle-même. Ces chutes sont séparées par un minuscule promontoire, qui tient vaillamment tête aux tonnes d’eau qui dévalent. Au sommet de ce promontoire, un minuscule oratoire : l’Oratoire de Sigmar ! Le dernier endroit du monde des hommes où Sigmar a posé le pied. Lieu incontournable et vénéré.

A tel point que des hobbits, dont la famille Brandebouque, proposent des barques pour emmener les fidèles jusque là, dans les grondements du Reik.

Le promontoire de Sigmar vu du Reik bleu

En haut du rocher on trouve, ça et là, des marques gravées, plus ou moins effacées selon leur ancienneté, signes du passage de nombreux pèlerins. L’émotion est palpable, on voit des hommes toucher la pierre, et des femmes pleurer…

Mais le vent du Nord tombe de la montagne, et amène sur les chutes un crépuscule de plomb.

Il est temps de rentrer.

Publicités

Sur la route de Hochsleben, le Reik Supérieur (4/5)…

Après Pfeildorf, le Reik devient enfin un fleuve normal. D’une largeur respectable (entre deux cent et cinq cent brasses), aux rives désormais quasi désertes, coincées entre la forêt touffue de l’Averland et les champs du Wissenland, champs qui se tarifient plus on remonte le fleuve.

De loin en loin, seul témoignage d’une fragile activité humaine, les villages se collent au fleuve. De la simple auberge-relais adossée à la forêt, à la petite bourgade de plusieurs centaines d’habitants, le fleuve étend ainsi son emprise sur cent lieues, jusqu’aux contreforts du Bout du Monde, et la dernière ville : Hochsleben, la Cité des Adieux.

 

Colmfähre, village wissenlandais au bord du Reik

On peut ainsi s’arrêter à Colmfähre, minuscule assemblage de trois cabanes, ou l’on peut néanmoins accoster, et se refournir ne pain ou en gibier. Mais goûter aussi l’hospitalité d’un tout petit village comme Maüchen. Dans la brume inquiétante de l’hiver, un garde veille, emmitouflé dans une couverture, une épée courte dans une main, une lanterne allumée dans l’autre. Mais nos amis n’en ont cure, ils partent se réfugier à L’Orée du Bois, l’accueillante auberge tenue par Ilse Schönebrunn.

Jürgen Stoffer, Garde de nuit à Maüchen

Mais il faut repartir. Pendant quelques jours, on se croit loin de la civilisation quand soudain, dans le soleil couchant, on aperçoit le magnifique îlot d’Ellwangen, qui démontre, s’il le fallait l’incroyable ténacité de l’humanité, capable de s’installer n’importe où, même au milieu du Grand Fleuve.

Ellwangen, la perle méconnue du Reik

Le soir, on arrive à Ballenhof. Les petites lumières du  bac traversent le fleuve. Il fait la jonction entre la ville wissenlandaise et la route de Nuln, situé sur la rive averlandaise, et la route du Nord, qui remonte vers Heideck, Averheim, et le Stirland. Le village de Ballenhof est modeste, constitué de simples baraques en bois. Mais il y a là auberges en quantité pour accueillir les voyageurs, et des relais de diligence. On y trouve même le Bailli, Gros Ben, en pleine discussion avec ses administrés.

Osterzell, porte de la Tilée

Mais c’est quand on dépasse Osterzell qu’on comprend qu’on arrive aux confins du monde. De gigantesques montagnes plongent à pic dans le fleuve, signalant la Staffel, la porte vers le sud et la Tilée.

Si on continue vers l’est, on arrive au bout du Reik. Un vent froid et sec souffle des montagnes environnantes, car voici le bout du voyage : Hochsleben.

Sur la route de Hochsleben, l’arrivée à Pfeildorf (2/5)

Le Château de la Grande Baronne Etelka Topenheimer, Prince Electeur du Wissenland, est situé sur une colline qui surplombe l’embranchement de la Soll et du Reik

ATTENTION SPOILER

La Chance du Graf est à Pfeildorf. Coincée par la brume et le manque de vent, cette halte fait bouillir Jochen, Hadden, Helmut. Seul Conrad, le nautonier, connait les caprices du fleuve. Il vaut mieux attendre que s’enfoncer dans une telle mélasse. Et c’est quelqu’un qui n’hésite pas à naviguer de nuit qui vous dit cela…

Justement arrivés bien tard, le Graf Gisela est accueilli par un quaitier hobbit. Le couvre-feu est de mise bien sûr, mais Jacqueson Piedepomme a un beau-frère qui pourrait peut-être, moyennant finances… Nos héros préfèrent remettre à demain cette excursion touristique. Pas la peine de se faire repérer. D’ailleurs, la ville a l’air à cran, entre son couvre-feu strictement respecté et ces dizaines de tentes plantées à l’extérieur de la ville. On y rassemble au moins plusieurs régiments, et pas seulement wissenlandais… pourquoi ? par qui ? Mystère…

 

Deux soldats des Renards de Topenheim, 1er Bataillon du Wissenland

To be continued…

Sur la route de Hochsleben, de Nuln à Pfeildorf…(1/5)

nuln by night2

Nuln by night…

 

ATTENTION SPOILER

Voilà, c’est parti, nos amis ont quittés le confort de la ville de la Cité Souveraine de Nuln, ses lumières, ses théâtres, ses commerces ouverts toute la nuit, son immense richesse et sa grande pauvreté, sa cathédrale au beffroi interminable et sa bibliothèque sans fin, son palais, magique et biscornu, son Rín garden et son Cercle des Délices, son Vieil Orme, et ses quais affairés.

Car l’appel de l’aventure a retenti. Rattraper les séides du Chaos, avec à leur tête K-H. Warsmeier, le Seigneur des Lois félon de Middenheim. Des hommes en route pour l’antique cité naine de Khadar Khalizad. Dans l’est chaotique où tout a commencé, où les hordes surgirent pour envahir le Vieux Monde… Direction Hochsleben, donc, tout au bout du Reik, tout bout du monde. Et voilà donc notre équipée, Martin et Gisela Schneider, boulangers, Anna Hochburger, dramaturge débutante, des nains jeunes et des nains vieux, et des Templiers de Sigmar. Et la Chance du Graf.

Le Reik a la sortie de Nuln.PNG

Géographiquement, le Reik Supérieur est un long ruban bleu qui s’étend au sud-est de Nuln. Au nord là l’Averland, ses plaines, ses chevaux, au sud, la Wissenland, son blé, et ses marchands tiléens.  On y croise tout aussi bien la capitale d’un prince électeur que des tout petits villages où l’auberge relais semble être l’unique activité.

Mais commençons notre voyage. Au sortir de Nuln les champs de blé s’étendent à perte de vue, et profitent de l’hiver pour se reposer pour la récolte prochaine.

pont enneigé.jpg

On passe à Maselhof, endormie sous la neige, le temps de refaire le plein d’eau potable, et d’acheter quelques poulets. Le temps de constater aussi que les Patrouilleurs d’Elite du 11ème, dirigé par le Premier Vougier Heinkel Schlossmeier ne sont pas bien accueillis par les gamins de Maselhof…

Patrouilleur de Nuln.PNG

Heinkel Schlossmeier, du 11ème Schwarz und Weiss

Mais c’est déjà le temps de repartir pour Pfeildorf, la ville de la grande baronne Etelka Topenheimer…

 

Un plan et un guide pour Zeppelin

 

Voilà nos amis, qui par cet après-midi de la riante année 1936, qui ont décidé de quitter la fastueuse Berlin pour se rendre à Hong Kong. Chacun a ses raisons, bien sûr, mais un voyage en zeppelin ne s’improvise pas, même si l’on est à bord de l’USS Shenandoah, le dirigeable ultra rapide de Republic Airways-Deutsche Zeppelin Reederei qui part à 19h.

 

Le Dr Hugo Ecker, capitaine,
et seul maître à bord après Dieu,
de l’USS Shenandoah

Le capitaine vous accueille à bord, et vous oriente vers votre cabine. On vous remet Bienvenue à bord ; dans ce petit guide, tout y est expliqué.

Rendez-vous au Harper’s Ferry, (le bar est tout droit sur le plan, là où est indiqué smoking room) pour y boire un bon verre de Brandy. Attention, seuls les Reichmarks sont acceptés.

***

Mais quelle étrange gymnastique pratique ce cuisinier cantonais ?

La Nuit des Chasseurs

Ça faisait longtemps que je cherchais à jouer dans un univers western ; j’avais même caressé l’idée d’adapter l’excellente BD Undertaker. Et grâce à Casus Belli, je tombe sur La Nuit des Chasseurs. Ça me botte ; en bon vieux rôliste je me rue à l’Œuf Cube. Poli et pédagogue, le vendeur m’explique que ça se vend « sur internet ». Un petit coup de Lulu, et voilà je reçois dans ma boite aux êtres La Nuit des Chasseurs. Merci Lulu.

C’est quoi La Nuit des Chasseurs ? C’est un shooter, selon son un auteur, Yno (Anthony Combrexelle), dont je découvre progressivement que un) c’est un auteur que j’aime beaucoup, deux) j’ai déjà acheté plein de trucs (Notre Tombeau et Patient 13 que j’espère faire jouer un jour). La Nuit des Chasseurs est un donc un shooter, c’est-à-dire un bac à sable, comme le Cirande de l’ami Konrad, un univers dans lequel les joueurs et leurs personnages évoluent. Une ville, des bouts d’intrigue, des personnages non- joueurs, et des règles basiques (le Corpus Mechanica), simples et rapides.

A la lecture, c’est bien fait, avec de vrais personnages, pas de fioritures, et des ressources supplémentaires sur le net.

On peut faire une partie de trois heures où jouer pendant des années.

On verra bien, pied tendre…

La Vie au Moyen Age

la-vie-au-moyen-age_6709

Que mangeait-on au moyen âge ? Quels vêtements portait un noble ? Un marchand* ? Y’avait-il des moulins ? Des écluses ? Des barrages ? Faisait-il plus chaud ou plus froid qu’aujourd’hui** ?

Toutes ces réponses, vous ne les trouverez pas dans le Dungeon Master Guide de DD5, ni dans un obscur manuel de Miles Christi ou de Pendragon, mais dans un petit livre de poche pour la modique somme de 6,65€ : La vie au Moyen Age.

marelle-alphonse

Une partie de Warhammer RPG avec combat mat et figurines, à Troyes, fin du XIV° s.

C’est la réédition du livre de Robert Delort, qui s’attache à recréer très précisément le contexte de la vie médiévale, pas sur le plan de la chronologie, mais bien du quotidien. Tout y passe. Climat, faune et flore, vêtements, le temps et l’espace, les structures juridiques, les paysans, les chevaliers, les clercs, la vie dans les villes… une mine !

Un livre que tout joueur de JDR devrait avoir lu, vous l’aviez compris.