Planet Arrakis

Jeux de rôle, jeux de plateau, prenez ce qui vous plait…

Archive pour PDT Alternatif

Entrez sous la Tente de Pierre de Sigmar, Rois des Huit Tribus !

Margherita tenant conseil imperial

 Margherita tenant Conseil Impérial, gravure du retable de la Cathédrale de Talabheim, Xème siècle A.S.

Oyez oyez oyez, la Chancellerie de l’Empire. Entrez sous la Tente de Pierre de Sigmar, rois des huit tribus !   Entre ici, Yori le XVème, Vicaire de Sigmar, Ipanème d’Ici Bas et d’En Haut, Jeune Nain de Khadar Khalizad, porteur près l’empereur de Ghal Maraz, et Grand Théogone Grand Théogone Entre ici, Aglim le VIème, Theogone de Sigmar, Ipanème d’Ici Bas et d’En Haut, Jeune Nain de Khadar Khalizad, et ArchLector de Talabheim Arch Lector Aglim Talabheim Entre ici, Kaslain le 1er, Theogone de Sigmar, Ipanème d’Ici Bas et d’En Haut, Jeune Nain de Khadar Khalizad, et ArchLector de Nuln Arch lector Kaslain Nuln Entre ici, Sonn Ulric ayant trouvé son Loup, Commandeur des Ulricains, Pourchasseur de l’Hérésie, Seigneur des Vents et des Tempêtes, de la Neige et des Cieux, Loup Blanc du Nord, et Ar Ulric en devenir. Sonn Urlic Entre ici, Hals von Tasseninck, fils d’Adelhard, Roi des Ostagoths, et Grand Prince d’Ostland Hals von Tasseninck Ostland Entre ici, Alberich Haupt Andersen, héritier de Cousine Freya, Ipanème des Asobornes, et Graf du Stirland Alberich Haupt Anderssen Stirland Entre ici, Emmanuelle von Liebewitz,  héritière des Mérogens, Templière de Sigmar Honoris, Seigneur Lige du Wissenland, Comtesse de Nuln Emmanuelle von Liebewitz Nuln Entre ici, Hisme Coeur-vaillant, fils d’Elma et de Grand Pied, petit-fils d’Anna et de Pied Bouc, de Greta et Pousse Colline, Maire de Grandville, Ancien du Moot Hisme Coeurvaillant Moot Entre ici, Elise Krieglitz-Untermensch, héritière d’Aloysis, cousine de Margherita l’Impératrice, Maître du Volcan et Patronne des Laves, Magyar des Chérusens, Duchesse de Talabheim Elise Krieglitz Untermensch Talabheim Entre ici, Ludmila von Alptraum, descendante de Siggurd, Roi des Brigondiens, et de Tallya, Sainte Protectrice de la Prairie, et Grande Comtesse d’Averland Ludmila von Alptraum Averland Entre ici, Katerina Todbringer, fille d’Artur, Chef des Teutogens, Passeur de la Flamme d’Ulric, Seigneur Lige du Middenland, du Hochland et du Nordland, Gravin de Middenheim Katerina Todbringer Middenheim Entre ici, Leopold von Bilthofen, héritier des Teutogens, Régent des Todbringer, porteur de la Flamme d’Ulric, et Grand Prince du Middenland Leopold von Bilthofen Middenland Entre ici, Gustav von Krieglitz, héritier du Khan des Taléutes, descendant direct de Krugar l’Ancien, et Grand Duc du Talabecland Gustav von Krieglitz Talabecland Entre ici, Etelka Topenheimer, Baronne de Pfeildorf, héritière des Mérogens par le Prince Henroth, Jarretière de l’Empire, ancienne Duchesse du Solland, Grande Baronne du WissenlandEtelka Topenheimer Sudenland Et accueillez l’héritier de Sigmar, librement élu par vous ! Entre ici, Digne Héritier de Sigmar, Maître de l’Eau et des Cieux, des Montagnes et des Mers, de l’Acier et du Fer, Porteur de Ghal-Maraz, chef des Unberogens, librement élu des huit tribus : Son Altesse Impériale Karl Franz 1er Karl Franz Ier

Boris Honecker, un nouveau PNJ pour le Pouvoir derrière le Trône

Boris Honecker Chancelier de la Gravin

 

ATTENTION SPOILER

Après la mort, dans les conséquences que l’on sait, du Chancelier Sparsam, le choix de Boris Honecker était une évidence. Sérieux, austère, pour ne pas dire pas drôle du tout (il ne semble pas connaitre d’autre couleur que le noir pour se vêtir), Boris Honecker est l’homme idéal pour la fonction. Maitrisant parfaitement les lois de Middelheim  (il a failli être seigneur des Lois à plusieurs reprises), Boris Honecker sera l’artisan évident que la reconstruction administrative de la Cité Souveraine.

Greta von Tasseninck, un nouveau PNJ pour le Pouvoir derrière le Trône

Greta von Tasseninck
Greta von Tasseninck, est une autre cousine de Katerina Todbringer, plus proche – et beaucoup plus jolie – que Ludmilla von Eckenburg. Liée à la famille Tasseninck,  célèbre et  puissante dans tout l’Empire – elle a même un Electeur Impérial -, c’est un tout autre choix qui se propose à la Gravin. Elle peut se révéler pour Middenheim un relais puissant auprès des Sigmarites.

Ludmilla von Eckenburg, un nouveau PNJ pour le Pouvoir derrière le Trône

Ludmila von Eckenburg

Ludmilla von Eckenburg vient du Hochland. Après les terribles événements de Middenheim, cette jeune femme, charmante et  douce, peut certainement apporter un peu de réconfort à la toute nouvelle Gravin Katerina Todbringer. Ludmilla est une lointaine cousine, et une amie d’enfance de « La Princesse ». Mais surtout, sa famille a vite vu l’intérêt d’approcher la cour des Todbringer. Pour une famille de second rang du Hochland, l’occasion était trop belle.

Une chanson naine

chef nain

Maître Throbin, peinture sur bois,
ca. 1512

Que sait-on des nains de Middenheim ? Pas grand’chose en vérité. Les Khazalides ont trouvé le Fauschlag, ce piton rocheux au milieu de la giboyeuse Drakwald, qui abrite la cité souveraine. Ils en ont extrait l’or, puis quand les hommes sont arrivés, ont cohabité de bon cœur. Construisant les quatre viaducs qui en ont fait la merveille architecturale que l’on connait, en aménageant les anciens tunnels aurifères en égouts spacieux (qui rendent la cité si propre comparée aux autres villes de l’Empire), creusant la Spirale pour aider les Graf de Middenheim à s’échapper le cas échéant, en défendant la cité lors du siège de 1111.

Cette belle amitié séculaire a failli sombrer lorsque le Graf Boris a décidé de lever l’exemption fiscale qui les privilégiait depuis des siècles. Ce complot – car c’en était un, bien sûr – fut déjoué par quatre courageux garçons, même pas middenheimois. Mais voilà, les nains ont été humiliés par cette famille Todbringer qu’ils respectaient depuis des siècles. Ils ont fui la Cité Blanche, se réfugiant à Altdorf, dans un bidonville le long des remparts. Malgré une négociation réussie (toujours par nos quatre rotzballers), leur retour à la Cité Souveraine n’est pas pour demain. Car, maladresse ou manipulation politique, les pires ennemis des Khazalides, la tribu des nains Ziflinides, a été invitée au cortège de la toute nouvelle Princesse Electrice Katerina Todbringer.

Les Ziflinides, comme chacun sait, sont originaires des montagnes de l’ouest et les protégés de la comtesse Emmanuelle von Liebewitz, Princesse Electrice de Nuln. Accessoirement, les Ziflinides sont les fondateurs de l’Ecole d’Artillerie de Nuln, les inventeurs de canons de plus en plus puissants et formulateurs de la meilleure qualité de poudre noire.

nains dans la forêt

A quand remonte la querelle entre Khazalides et Ziflinides ? On ne sait, si ce n’est qu’elle existe de toute éternité. Quand enfin Katerina vient faire amende honorable devant les Khazalides grâce aux terribles efforts de la Chance du Graf, on fait bombance et rapidement, sortent de l’ud et du luth droit les accords mineurs qui font le mystère de la musique naine.

Apres l’introït obligatoire de 16 mesures, une voix profonde s’élève, venue du fond des temps… c’est Gorim Grandmarteau qui entonne, de sa voix grave et puissante, la mélopée* nostalgique. Bientôt, les larmes roulent sur les grosses joues burinées des jeunes nains comme des vieux, des hommes comme des femmes, de la mère comme de l’enfant. Artus, le jeune nain âgé de seulement trente ans sauvé par nos aventuriers, comprend mal les paroles (il est lui-même d’une autre tribu, les Grimazalides du Sud), mais il tente de traduire à la volée ce chant qui évoque la tristesse d’un monde perdu, la nostalgie des origines, l’amour désespéré des racines et de la terre.

Dwarf Rune 2

Où est passée ma maison ?
Celle que la montagne créa un jour pour Grungni ?
Où est le bruit des forges ?
Et l’eau qui ruisselait le long des murs ?

Où sont mes amis ?
Partout dispersés
Dans les villes qui n’ont pas encore de nom
Dans les venelles oubliées ?

Voilà des siècles que je suis parti
Le soleil est retourné maintes fois d’où il était parti
Mais moi je ne suis jamais revenu
Un jour je referai le voyage jusqu’à Khadar Khalizad
Je retournerai mourir là où je suis né
Un jour je referai le voyage jusqu’à la Montagne du Feu
Je retournerai mourir là où je suis né

Dans l’âtre de Grungni
Dans les bras de ma mère
Là où le fer est né
Où le feu et l’eau réchauffe mes os

Dans le ventre de la montagne
Au bras de mon père
Loin du soleil et de la lune
Dans les profondeurs où naît le feu sacré

Voilà des siècles que je suis parti
Le soleil est retourné maintes fois d’où il était parti
Mais moi je ne suis jamais revenu
Un jour je referai le voyage jusqu’à Khadar Khalizad
Je retournerai mourir là où je suis né
Un jour je referai le voyage jusqu’à la Montagne du Feu
Je retournerai mourir là où je suis né

Dwarf Rune 2* tiré du sublime Carmina Burana « Dulce solum natalis patrie »

Le Graf est mort, vive la Gravin !

Le Graf Boris, peint quelque mois avant sa mort par Holbein le jeune (Palais du Graf)

Que se passe-t-il quand le Graf de Middenheim disparaît ? Qui peut lui succéder ? Comment se déroule la cérémonie ? C’est arrivé dans ma version de LCI, et vous trouverez donc plein d’idées à piocher ici.

Tout d’abord sachez que le Graf ne meurt pas, il passe simplement d’un homme à l’autre. Il n’y a pas de vacances du pouvoir à Middenheim. Et si le successeur n’est pas là ?

Pas grave, le Graf « dort ».

Succession

A Middenheim, on se succède de père en fils. Steffan, dit « La Tremblotte » doit donc succéder au Graf Boris, malgré la grave maladie qui l’handicape. Son médecin tiléen, Luigi Pavarotti, parle d’epilepsia, mais peu de Middenheimois maîtrisent suffisamment la Langue Antique pour voir de quoi il retourne.

Ensuite, il y a Katerina, « la Princesse », très appréciée du peuple, pour sa beauté et sa gentillesse.

Katerina et Steffan Todbringer, quelques mois avant les événements de Middenheim (gravure populaire et portrait de Giovanni della Francesca)

Katerina Todbringer Middenheim

Et Katerina Todbringer, seule, plus belle sur ce tableau réalisé par Montagne Bartolomeo pour ses dix huit ans

Il y a aussi Heinrich, le Bâtard, qui, comme son nom l’indique, n’a aucune chance dans le processus de succession. Malgré les intrigues de Nicollo Machiavelli, son conseiller tiléen, qui prêche dans toutes les auberges les qualités « princières » de son poulain, le Graf Boris n’a pas voulu changer la Liste de Succession.

Heinrich Todbringer, peint par le grand maître tiléen Filippo Lippi, auteur également des fresques de la Cathédrale

Et maintenant, c’est trop tard. Le Graf est mort.

La cérémonie

Les funérailles d’un Graf sont un moment important dans l’histoire de Middenheim. Politiquement, mais aussi symboliquement. Ce n’est pas pour rien que les Grafs se font enterrer dans la Cathédrale, tout en haut du Fauschlag, pour devenir la pierre même de Middenheim, une brique supplémentaire dans la longue histoire de la Cité Blanche.

Anton Burckhardt, Cérémoniaire du Graf 

La cérémonie est avant tout l’affaire du Cérémoniaire du Graf. Anton  Burckhardt ne prend pas cette affaire à la légère. Suivi de son secrétaire, il s’occupe des moindres détails :

• Quatre personnes porteront la dépouille mortelle de Boris (un cercueil en verre, pour que tous les Middenheim puissent voir le corps du Graf) ; la Chance du Graf a été choisi pour cet insigne honneur. Devant le cortège, Heinrich ouvrira la marche et Katerina, future Gravin depuis la mort de Steffan, le clôturera. Derrière, à titre honorifique, les membres du Consistoire Nain, le Recteur de l’Université, et le Lector de Sigmar, symboles de la paix retrouvée à Middenheim.

• Dans la cour du Palais, après les douze coups de tocsin, la Musique des Chevaliers Panthères entonnera, à l’aide des traditionnelles conques et bombardes, le fameux Blumen von Nordland, hymne des Grafs de Middenheim depuis la Grande Peste de 1111.

• Le cortège s’emballera alors, sortira du Palais en contournant la Kriegplatz, et descend la Hochgartenstrasse pour obliquer vers la cathédrale en empruntant Ulricstrasse. Sur le trajet, le bon peuple de Middenheim pleurera son Graf, fleurs blanches à la main. Les récents événements tragiques de Middenheim n’y sont pas pour rien.

La Cathédrale de Middenheim

• Arrivée à la Cathédrale, le cercueil de verre sera déposé. Sur l’autel, et chacun pourra enfin s’asseoir et écouter la chanson préférée du Graf, « Ich will zu land ausreiten », interprété par le Maître de Musique de l’Opéra, Dieter Disher-Dieskau.

Extrait

« Ich will zu Land ausreiten,
Sprach Meister Hildebrandt,
Wer wird die Weg mir weisen
Gen Bern wohl in das Land?
Unkund sind sie geworden
Mir manchen lieben Tag,
In zwey und dreyßig Jahren
Frau Utten ich nicht sah. »

• La cérémonie pourra alors commencer, « dirigée » par le très jeune Sonn-Ulric, mais en fait dictée, mot à mot, par un Fils d’Ulric :

– « Entre dans ta dernière demeure, fils d’Ulric, et devient blanc, blanc comme la neige, blanc comme le loup de la Drakwald, blanc comme la pierre du Fauschlag »

– « Comme la pierre », reprendra la foule en chœur, en se martelant la poitrine. Une larme glissera peut-être sur le visage de quelques nains, et pas les moindres membres de cette communauté.

Fils d’Ulric, peint en 1501



• Sonn-Ulric enlèvera alors la couronne de Boris, et la posera sur la tête de Katerina : « Comme la pierre !!! » ;  car Katerina sera alors Gravin, la pierre même de Middenheim. Ses dames de compagnie pourront l’aider à revêtir la longue robe blanche par dessus sa robe violette, unissant ainsi les deux couleurs des Todbringer.

• Les Chevaliers Panthères, massés au pied de l’autel, entonneront alors l’usuel diptyque : « Le Graf est mort, vive la Gravin !! » ; puis ils quitteront la Cathédrale en jetant, l’un après l’autre, leur suroît – une véritable peau de panthère – sur le sol.

• Katerina peut désormais sortir pieds nus, ne foulant que des poils de panthère jusqu’au Palais. Un des joueurs de la Chance du Graf, Hadden le bûcheron, tiendra sa traîne jusqu’à l’arrivée de la Gravin Katerina au Palais; sur le chemin, le peuple de Middenheim, son deuil achevé jettera des fleurs blanches sur le cortège : « Vive la Gravin ! Todbringer ! Todbringer !! Todbringer !!! »

La longue histoire de Middenheim aura alors tourné une de ses plus douloureuses pages…

La dernière demeure des Todbringer : l’autel de la cathédrale. On remarquera les fresques repeintes pour le Carnaval 1512, par les grands maîtres tiléens Filippo et Filippino Lippi

Sonn Ulric, Un PNJ du Pouvoir Derrière le Trône

ATTENTION SPOILERS


La démission d’Ar-Ulric causa un terrible traumatisme à Middenheim, et dans tout l’Empire. Jamais, au grand jamais, le chef des ulricains n’avait quitté son magistère de son vivant.

La faute à un vœu non exaucé, et à un complot dont les ramifications sont si profondes qu’elles ne peuvent être détaillées ici (il faudra bien qu’un jour quelqu’un s’attelle à cette histoire !).

Mais il fallut surtout pourvoir un successeur. Comme chacun sait, Sonn-Ulric est choisi à l’âge de 7 ans, puis éduqué par l’Ar-Ulric. Grand malheur, ceci n’avait pu être fait avant les événements de Middenheim. Il fallut donc réunir en urgence un Concile, convoquer les Lectors de l’Empire, qui accoururent à Middenheim. Un jeune garçon fut choisi ; il perdit son nom et dut trouver son loup.

Comme le veut la coutume, Sonn-Ulric partit seul, dans les terribles forêts qui cernent Middenheim comme un écrin – mais aussi un linceul –, pour chasser à mains nues le Loup qui était en lui :

– « Quand tu quittes le Loup, tu deviens Homme », dit Ulric.

Avec succès, le jeune homme revint couvert d’une simple peau de loup dans les derniers jours de juillet 1512, au grand soulagement de la Cité Blanche. Sonn-Ulric pouvait désormais, dans les jours qui suivirent, enterrer le Graf et couronner une nouvelle Gravin.