Planet Arrakis

Jeux de rôle, jeux de plateau, prenez ce qui vous plait…

Archive pour Coupe du Graf

Mai 68 à Middenheim

Les récents événements qui ont affecte la Cité Souveraine ont fait une victime collatérale : la prestigieuse Université de Middenheim. Touché par un impôt parallèle sur les parchemins et tout matériel d’écriture, elle s’est sentie autant visée que les nains. Sauf que les Nains sont partis, eux !

Les estudiants n’ont pu faire exploser leur mécontentement que lors de la Coupe du Graf. Leur banderole moquant le Graf leur a valu les pires vilenies, d’abord une bagarre homérique avec les supporters des Ereinteurs de la Porte Sud, qui a dégénéré en émeute et s’est achevée par la mort tragique de plusieurs spectateurs, miliciens et soldats. On a oublié un peu vite que la cavalerie kislevite s’est déchaînée, heureusement interrompue par Heinrich Todbringer, le bâtard de Boris, et le courage de la Chance du Graf, qui a accepté de reprendre le match, malgré le caillassage…

Depuis, le comité de présidence de l’université de Middenheim est en prison, et risque de finir au bout d’une vergue, car le MiddenMarshall Schwermutt ne pardonne pas la mort de ses soldats. L’emprisonnement des « 5 de Middenheim » a fourni une raison en or à la fureur estudiantine. Les banderoles ont fleuri sur les murs du Freiburg : « On avait raison !! » « Absence du Graf, Malchance du Graf ! » « Pas de Souveraine dans la Cité, pas de Cité sans la Souveraine !!! » Car l’absence de Graf à Middenheim pèse durement sur toutes les décisions. Le recteur, Meister Albrecht Elseher et son substitut, la jolie Janna Eberhauer, peinent à faire respecter l’ordre, car ils avouent presque être aussi indignée que leurs estudiants : « Unter den Talaren, der Muff von Tausend Jahren* »

* »Sous les capes traditionnelles des professeurs, l’air vicié de mille années« 

Publicités

Compagnies de roulage



Les diligences ont une grand importance dans La Campagne Impériale, c’est pourquoi je me suis fait cet aide mémoire, avec les différentes compagnies, les lignes desservies, les spécificités (équipes de rotzball par exemple, et les rivalités qui y sont associées…) Tout n’est pas garanti 100% exact du background de Warhammer, j’ai comblé les trous, mais c’est une bonne base de départ et c’est là !

La Tour du Roc a l’une des équipes de Rotzball les plus connus de la ville…

… et son ennemie, c’est évidemment les Diligences du Loup Courant.

La Compagnie Windhund est surchargée de travail ces temps-ci, mais elle ne convoie aucun passager, c’est une compagnie purement de roulage.

La Compagnie du Tunnel est peu présente à Middenheim. C’est quand même la route la plus directe pour aller à Talabheim.

La Compagnie de la Flèche Rouge est Averheimoise, même si ses origines sont à la Cité Souveraine, suite à un héritage qui a mal tourné.

Le Rochet est la seule compagnie sigmarite, n’empêche qu’elle fait le plein de pèlerins pendant le Carnaval.

La Compagnie du Charroux est basée à Altdorf, mais elle est aussi très présente à Bergsburg, c’est pourquoi ses cochers sont membres des célèbres Charretiers de Bergsburg.

Enfin, la plus célèbre des compagnies de l’Empire, Les Quatre Saisons, est dirigée d’une main de fer par la veuve de Hans Leben, Letty.

Des événements pendant la Coupe du Graf

 

 

La Coupe du Graf, événement du Carnaval de Middenheim, s’est révélé central pour mes PJs durant le Pouvoir Derrière le Trône.

Voici comment.

A leur arrivée à la Cité Souveraine, les PJs sont été interpellés par deux choses : les manifestations naines contre les Taxes Sparsam, et la possibilité de participer à la Coupe du Graf sous les couleurs de la famille Todbringer, comme l’annonçait cette affiche.


Ancien Combattant de l’arène de taureaux, Piotr Yarblinsky est un Magister Ludi apprécié à Middenheim

Renseignements pris, ils se rendent au Stade Bernabau, et rencontrent le Magister Ludi, Piotr Yarblinsky, qui les met au parfum : être la Chance du Graf, si l’on est sélectionné, suppose un certain nombre d’engagements, détaillés dans ce projet de contrat.

Le lendemain, ils apprennent leur sélection grâce à une affiche détaillant le programme de la phase finale de la Coupe du Graf (quarts, demies, et finale)… Rapidement, ils constatent l’enthousiasme, mi-amusé, mi-supporter, qui entoure l’équipe qui porte les couleurs du Graf : tifo habillés de blanc, auberge rebaptisée à leur nom, etc. Mais aussi l’inimitié des hooligans qui soutiennent les équipes les plus dures de Middenheim : cris de haine, menace, insultes de la part des supporters de Zudtor (équipe des Ereinteurs de la Porte Sud) comme de ceux des Ostlanders…

Dès le premier match, qui oppose les Diligences du Loup à celles de la Tour du Roc, on se retrouve plongés dans l’ambiance délirante de la Coupe du Graf : chants des supporters (« Cours le loup, cours le loup, cours le loup courant !!! » contre « Solide comme un roc ! Ensemble comme un bloc !! »), mais aussi une bannière*, comme on en voit parfois à Moussaillon, qui est déployée par les supporters de Zudtor, au grand dam des autres équipes.

Lors du premier match de la Chance du Graf (contre les Charretiers de Bergsburg), les PJs découvrent tout un rituel qui leur est destiné. D’abord le stade est plein, et une clameur grandissante scande le nom du Graf, « Todbringer ! » « Todbringer ! » Les cris ne cessent qu’avec l’entrée de la Chance du Graf dans le Bernabau Stadion, traversant une haie d’honneur formée par les Charretiers de Bersgburg, en tenue rouge et bleue. Des foulards blancs sont jetés au sol, des trompettes retentissent, puis le Magister Ludi, au centre, obtient le silence puis d’un geste dans leur direction présente à la foule « La Chaaaaaaance du Graaaaaaf !!!! » Une ovation générale accueille sa déclaration. Les joueurs sont ensuite présentés au Graf, à sa famille, et à la cour.

Portée par la foule, la Chance du Graf bat les Charretiers 2-1.

Deux jours plus tard, la Chance du Graf affronte la Tour du Roc en demi-finale. Le match commence normalement, mais nos joueurs repèrent, au niveau d’un des virages du stade, de nombreuses tribunes occupées par des spectateurs vêtus de noir. Il s’agit d’estudiants de l’université, qui déploient bientôt une grande banderole :


Tout le monde acclame cette nouvelle marque de soutien, mais nos joueurs trouvent curieux l’espace laissé devant le mot chance…

Pas à tort, car bientôt, une nouvelle banderole vient s’intercaler devant le mot chance :

Une bagarre générale éclate entre les estudiants qui protestent contre l’impôt parchemin qui vient de leur être imposé et les autres supporters, outragés de l’insulte faite au Graf. La milice est débordée, les cailloux pleuvent, le Graf quitte le Stadion, et match est interrompu. Mais malheureusement, les émeutes se poursuivent en dehors du stade. Heinrich Todbringer reprend les choses en main et supplie les joueurs de reprendre le match, ce qu’ils font, mettant fin à l’émeute.

La Chance du Graf bat la Tour du Roc 4-1, mais le cœur n’y est pas.

Le lendemain, l’ambiance n’est pas festive, amis le Graf est revenu. Ar Ulric prononce la prière pour les morts, et le match peut enfin se dérouler. La Chance du Graf affronte les Forestiers de Beeckerhoven, autre outsiders du tournoi, entrainés par Peter Raag, qui est aussi le père d’un des joueurs des Etoiles Filantes. Un Raag va de toutes façons gagner le Coupe du Graf 1512 !

Avant le coup d’envoi, les Forestiers entonne un vieux chant de guerre nain, destiné à terroriser l’adversaire, le fameux Hakar. Peine perdue, nos amis l’emportent 4-2… Mais le cœur n’y est plus : suite aux émeutes de la demie finale, six middenheimois ont perdu la vie, et de nombreuses personnes ont été blessées.

Pire, l’objectif n’est pas atteint : les PJs ne se sont pas rapprochés de l’entourage du Graf. Quand au Graf lui-même, il a prononcé, un peu hagard, et comme perdu dans ses pensées, un petit discours de félicitations et s’en est allé avec sa cour. Participer au tournoi pour faire avancer leur enquête et démasquer Gothard Wittgenstein, tout cela a échoué… Il ne reste plus qu’à fouiller la maison du Provéditeur de la Ligue Marchande.

L’ensemble de leurs aventures Rotzballistiques a été regroupé ici. Le récit complet de leurs aventures est régulièrement mis à jour là.

* Alcooliques, Chômeurs, Adorateurs du Chaos : Bienvenue à la Porte Sud !

La Coupe du Graf

Le Bernabau Stadion en train de se remplir (cliché : Gothard Goebbels)

 Existe-t-il dans le Vieux Monde plus belle compétition sportive que La Coupe du Graf ? Si le Rotzball est pratique partout dans l’empire, et même au-delà, c’est le Middenland qui abrite le plus d’équipes, et Middenheim, les plus belles équipes. Et c’est bien sûr au Carnaval que se rue l’amateur éclairé pour acheter, souvent au Marché Noir, des places pour le Bernabau Stadion.

Pour l’édition 1512, huit équipes s’affrontent :

 Diligences du Loup Courant
 Diligences de la Tour du Roc
 Charretiers de Bergsburg
 Charpentiers de Middenheim
 Ostlanders
 Ereinteurs de la Porte Sud
 Forestiers de Beeckerhoven
 …Et la traditionnelle « Chance du Graf ».

Car sur ces huit équipes, une équipe est toujours choisie au hasard (les autres se sont plus au moins qualifiées localement, le règlement n’est pas très clair sur ce point !) Cette équipe, c’est la fameuse « Chance du Graf », choisie chaque année sur des critères loufoques (longueur des cheveux, village commençant par la lettre W, dix-neuvième équipe à se présenter, etc.)… En général, la Chance du Graf ne va pas très loin dans la compétition. Elle prête néanmoins allégeance à la famille Todbringer, porte les couleurs du Graf (le blanc), et a le soutien – amusé – de toute la ville. La Chance du Graf a aussi quelques privilèges : le maillot étincelant est fourni, on est présentés au Graf et à sa famille, et, en cas de victoire, on a la bise de la « Princesse » Katerina Todbringer. En tout cas, la Chance du Graf a le soutien indéfectible des tifo, quand l’équipe de leur quartier ne joue pas…


Piotr Alexsandrovich Yarblinsky, Magister Ludi du Graf Boris

Après des années de sélections rigolotes mais décevantes sur le plan sportif (c’est le moins que l’on puisse dire !), Piotr Yarblinsky, Magister Ludi du Graf, a décidé de sélectionner pour l’édition 1512 une équipe plausible. Cette année, la Chance du Graf a été attribuée à une équipe éclectique composée d’un bûcheron, d’un forestier, d’un nautonier, d’un garçon boucher, venu des Trois Sœurs, les basse montagnes du sud du Middenland, et d’un boulanger de Middenheim : les étoiles Filantes. Autrement dit, mes PJs.

Après avoir, à la surprise générale, éliminé les Charretiers de Bergsburg (2-1) et explosé les Diligences de la Tour du Roc (4-1), les Étoiles Filantes se sont retrouvées en finale contre les Forestiers de Beeckerhoven, qui, par extraordinaire, étaient entraîné par le père – censément disparu – d’un des joueurs de la Chance du Graf ! Après un combat acharné, les Étoiles Filantes l’ont emporté 2-1, une performance rarissime dans la Coupe du Graf : ce n’était pas arrive depuis 1500, avec les Boulangers de Nuln.

Vous trouverez ici :

Les équipes en lice cette année (entraineur, couleurs, chant de supporters, cote, réputation…) 
Le Palmarès de la Coupe du Graf depuis 1465
L’affiche recrutant la Chance du Graf
Les résultats complets de l’édition 1512
Le récit des matches
Les 3 systèmes de simulation des matches
Les équipes : données détaillés (d20) ou synthèse(article à venir sur ce fichier)
Le contrat remis par Piotr Yarblinsky