Planet Arrakis

Jeux de rôle, jeux de plateau, prenez ce qui vous plait…

Archive pour Reik

La Grande Bibliothèque de Nuln

La Palais, vu du quartier de Neuestadt.

Quand le voyageur arrive dans la Perle du Reik, la Cité des Griffons, c’est tout d’abord l’incroyable architecture qui le stupéfie. Les immenses portes d’entrée – Baelor et Graefnor – à la statuaire gigantesque ; le quartier du Palais Comtal,  incroyable empilement d’architectures au long des éons ; ou le terrifiant Donjon de Fer, épingle d’acier plantée au confluent de l’Aver et du Reik. Mais les moindres immeubles d’habitation semblent eux aussi toucher le ciel avec leurs six ou sept étages. On se demande comment un tel prodige est possible, à moins que les nains des Monts Gris, les redoutables ziflinides, non content d’avoir donné le secret de la poudre aux jeunes nains, n’aient aussi donné celui des poutrelles en acier.

L’imposante cathédrale de Sigmar, dont la nef est la plus haute et la plus longue de l’eEmpire. 

Nuln regorge de bâtiments tous plus formidables les uns que les autres : les titanesques silos à blé, l’école Impériale  d’Artillerie, la Cathédrale de Sigmar en sont quelques vibrants exemples, mais l’un des plus imposants est probablement la Grande Bibliothèque.

L’entrée de la Grande Bibliothèque est encore plus impressionnante la nuit, quand ses grand vitraux rayonnent vers l’extérieur. 

Si nos amis sont là, c’est d’abord pour chercher les traces de l’homme qu’ils poursuivent, l’homme qui dirige la Main Pourpre ; il est allé y chercher des cartes avec la complicité de Randolf Vogt, le Maître des Fonderies. Quelle carte ? Pour aller où ?

Le Hall aux huit bras, avec la statue de Sylia, femme de l’empereur Hermanus, protectrice des arts.

En tout cas la Bibliothèque est imposante ; elle s’étend à partir de son centre, sur huit bras gigantesques, comme les huit tribus originelles de l’empire. Chacun de ces bras contient la richesse inestimable de milliers de livres.

Le « bras » des cartes. 

À l’intérieur, une armée d’archivistes travaille. Comme le Vieux Wilfried, qui réalise soudain qu’un petit geste, moyennant rétribution, vient de le faire basculer dans la grande Histoire.

L’artillerie à Nuln


Deux artilleurs,
gravure populaire, coll. particulière

Nuln, la Perle du Reik, la Cité des Empereurs du Griffon a une longue et glorieuse histoire. Mais elle n’est plus sur le devant de la scène depuis que les empereurs semblent – définitivement – installés à Altdorf. Mais cela pourrait changer depuis cette alliance incongrue avec le Nord qui souhaite aussi rendre raison aux reiklandais. Mais également parce que l’industrieuse Nuln a pris une longueur d’avance qui pourrait bien révolutionner l’Art de la Guerre. Avec l’aide des Ziflinides, les nains de l’ouest qui détiennent les secrets de la fabrication de la poudre, et maîtrisent la forge depuis toujours, Nuln a développé une artillerie que le Vieux Monde lui envie.

Quatre piliers soutiennent ce bel édifice : les forges Vogt, l’échevin comtal, les poudriers nains, et l’école impériale d’artillerie.

Randolph Vogt,
collection famille Vogt, Nuln,
par Quintus Quéribus, 1506

Les Forges Vogt semblent exister depuis toujours. Randolph Vogt a commencé à couler l’acier à l’âge de douze ans. Colérique mais pugnace, courageux et travailleur, Randolph s’est révélé redoutablement intelligent pour quelqu’un qui ne savait ni lire ni écrire. Grimpant un à un les échelons, il a fini par diriger l’entreprise qui l’avait embauché et en faire un monstre industriel de Nuln. Puis être nommé Premier Echevin de l’Artillerie. Personne ne sait calculer un bon alliage comme Maitre Vogt, ou attendre le moment exact pour demander le « Silence du Fer », cet instant si particulier où tout s’arrête dans la Cité Souveraine, pour que, dans un murmure, l’acier du canon finisse par se solidifier en toute quiétude.

C’est donc avec grand étonnement que les Nulnois ont appris, en 1502,  son remplacement par Wolfhart von Liebewitz comme Premier Échevin. Herr Vogt a semblé accepter son remplacement avec placidité, conservant une bonne partie des commandes de la Cité.

Wolfhart von Liebewitz, Premier Échevin,
par Rogiers van der Bosch, dit « Der Hollander », 1511, collection comtale

Le Premier Échevin est un poste important de la Cité Souveraine. Le ministre décide, et fait valider par l’assemblée des Trente, toute décision concernant l’Artillerie. Autant dire qu’il a la main sur un tas d’or (on parle deux cent mille couronnes impériales). Wolfhart von Liebewitz est un cousin de la Gravin, ce qui fait jaser, mais l’on dit aussi que Maître Vogt aurait profité dans le temps de sa position pour détourner certains subsides de la Cité.

Wolfhart von Liebewitz, lui, est un concurrent mineur. Les fonderies Liebewitz fabriquent essentiellement des mousquets, voire des couleuvrines, mais est bien incapable de produire des chefs d’œuvres comme le Magnus, la bombarde qui doit être inaugurée prochainement.

On dit d’ailleurs que l’entourage d’Emmanuelle, et particulièrement le Sénéchal von Knobb ont enserré le Premier Echevin d’un filet très fin de secrétaires et de conseillers. Et si l’affection de la Gravin pour son cousin (ils ont le même âge) a provoqué sa nomination, il semblerait qu’il aurait désormais abusé de sa patience. Fêtard, imbu de sa personne tout en étant à la fois incompétent et inconséquent,  ses jours aux Trente seraient maintenant comptés.

Rekam Filondargent,
Maitre des Poudres de Nuln,
Grand Khan des Ziflinides, Askor des Monts Gris
Inconnu, huile sur bois, coll. particulière

Les poudriers nains ne sont arrivés qu’au siècle dernier à Nuln. La Cité des Griffons n’a jamais été – et ne sera jamais – une ville naine. Mais sortis de leurs mines d’argent des Montagnes Grises par les Liebewitz, les ziflinides ont entamé un fructueux commerce avec Nuln. Argent, étain, charbon, tout a fait commerce. Et prenant peu à peu confiance, ils ont accepté de vendre aussi leurs secrets, et leur poudre. A prix d’or, la Comtesse en a acheté l’exclusivité, donnant ainsi un avantage décisif à la Perle du Reik. Mais il reste un caillou dans leur chaussure : leur haine ancestrale des Khazalides, qui gêne la toute nouvelle alliance Nuln / Middenheim, ville historique de Nains de l’Est après le Grand Exil. Mal organisés (il n’existe pas de Consistoire Nain comme à Middenheim), les nains de Nuln fonctionnent toujours en mode tribal. Rekam Filondargent, Maître des Poudres, est de plus sarcastique et assuré de son bon droit. Pas sûr que quelqu’un veuille – ou puisse – lui contester sa place.

La pucelle du 1er RA, le Royal Artillerie, l’Unique

L’Ecole Impériale d’Artillerie est une des fiertés de l’Empire ; que dire alors de ce qu’en pensent les Nulnois ! C’est leur bouclier, leur joyau. Etre simple canonnier est un honneur qui hisse immédiatement le soldat au rang de bourgeois, et pas seulement parce que la solde est double. L’Ecole Impériale est à la fois une école, un régiment, le 1er Royal Artillerie, que les soldats appellent entre eux le Premier, le Royal, ou l’Unique, car il n’y a tout simplement pas d’autre régiment d’artillerie dans l’Empire ! Même s’il se dit que le tiléen qui conseille Heinrich Todbringer essaie d’en monter un à Middenheim…

Wladimir von Neukov, Artilleur Général, collection du Royal Artillerie,
par le peintre officiel René Clermont-Jouilly, 1509

Le Royal est sous l’autorité vénérable de Wladimir von Neukov, Artilleur Général, qui cumule les fonctions de Chef de Corps du 1er RA, Doyen de l’Ecole Impériale, et Second Feldmarshall Imperiali, directement sous les ordres de Theodor von Kleist. Cet homme sage, à la parole mesurée, approche les soixante-dix ans et a toujours été artilleur.

C’est son honneur, et sa fierté.

L’éclusier

C’est d’actualité ; Konrad Tannenwald est nautonier, c’est à dire conducteur d’une barque, d’un navire, ou d’une péniche, en l’occurrence la Lorelei, sur les eaux tumultueuses du Reik. (En réalité ce sont plutôt les rives qui sont tumultueuses et chaotiques, car le Reik au nord de Nuln est plutôt large et majestueux). Nos amis fréquentent donc ardemment le Reik, ses ports, ses docks, et ses écluses…

brel

 

Jacques de Brelle, médaillon populaire, Musée de Marienurg

Bref, en 1468, Jacques de Brelle, poète marienbourgeois, a écrit une belle chanson, très à propos, sur le dur métier d’éclusier. La voici.

Les mariniers
Me voient vieillir
Je vois vieillir
Les mariniers
On joue au jeu
Des imbéciles
Où l’immobile
Est le plus vieux
Dans mon métier
Même en été
Faut voyager
Les yeux fermés.

Ce n’est pas rien d’être éclusier

Les mariniers
Savent ma trogne
Ils me plaisantent
Et ils ont tort
Moitié sorcier
Moitié ivrogne
Je jette un sort
À tout c’qui chante
Dans mon métier
C’est en automne
Qu’on cueille les pommes
Et les noyés
Ce n’est pas rien d’être éclusier

Dans son panier
Un enfant louche
Pour voir la mouche
Qui est sur son nez
Maman ronronne
Le temps soupire
Le chou transpire
Le feu ronchonne
Dans mon métier
C’est en hiver
Qu’on pense au père
Qui s’est noyé
Ce n’est pas rien d’être éclusier
Vers le printemps
Les marinières
M’font des manières
De leur chaland
J’aimerais leur jeu
Sans cette guerre
Qui m’a un peu
Trop abimé
Dans mon métier
C’est au printemps
Qu’on prend le temps
De se noyer

Kemperbad

kemperbad kislev.pis

Kemperbad vu du Reik, miniature kislevite, fin du XVème siècle

On dit que Nuln est la perle du Reik. Mais on pourrait tout aussi bien le dire de la Freistadt de Kemperbad. Une petite perle en vérité, perchés sur sa petite huître, à savoir les falaises de calcaire entre le Stir et le Reik.

Kemperbad, C’est une Cité Souveraine, on a souvent tendance à l’oublier. Probablement parce qu’elle elle est militairement, politiquement, stratégiquement, totalement, sous l’emprise du Stirland et de son jeune et impétueux Prince Electeur de seize ans, Alberich Haupt-Anderssen.

Alberich Haupt Anderssen Stirland

Alberich Haupt-Anderssen, dit « Le Hardi »,
Graf du Stirland
par le marienbourgeois Ambrosius Benson,
Wurtbad, collection du palais

 

Mais Kemperbad reste souveraine sur le plan commercial, car, au croisement de deux fleuves ; l’impétueux Stirland finit en rapides tumultueux au pied de la ville même, et le Reik prend à cet endroit une taille plus humaines (les rives  ne sont qu’à quelques centaines de mètres l’une de l’autre).

Situé idéalement au milieu du triangle constitué par Altdorf, Wurtbad et Nuln, les marchandises ne cessent de transiter par Kemperbad en direction ou en provenance de ces trois pôles. Le charbon des Collines Stériles, le bois et les meubles de Wurtbad, la porcelaine et les fines étoffes de Nuln, sans parler des chevaux de l’Averland, et bien sûr le vin et le blé de la région d’Altdorf.

Kemperbad

Mais le plus étonnant, c’est la disposition si particulière de la ville, séparée en deux par le Stir et perchée sur ses falaises.

Le voyageur qui arrive de Nuln a monté doucement la pente depuis la Capitale du Griffon, dans la fraîcheur des forêts de sapin. Il découvre la partie est de la ville, dite du « Levant » qui accueille les diligences des Quatre Saisons, mais qui oblige les visiteurs à descendre de leur carrosse pour traverser un dangereux pont de cordes avec armes et bagages (pour les plus riches, les cochers s’en occupent…) Puis il traverse la cité du Couchant afin de rejoindre une des vertigineuses balancelles qui le déposera deux cent coudées plus bas, pour la modique somme d’une couronne impériale. Il existe un chemin gratuit, onze cent onze marches taillées dans le calcaire friable, mais, dès les pluies venues, plus personne ne s’y risque, à part les amoureux éconduits ou les endettés.

Arrivée au pied de la ville, le voyageur subira enfin sa troisième et dernière épreuve, la traversée du Reik sur un bac, ici réduite à quelques centaines de mètres. Il pourra alors se remettre de ses émotions à l’auberge des Quatre Saisons et reprendre, le lendemain de préférence, la diligence pour Altdorf.

Vision du Chaos

 

Quand Conrad, fiévreux, se demande ce qu’il adviendrait si l’on tuait l’un des quatre Dieux-Dragons du Chaos – et se pose cette question sur les lieux mêmes (l’observatoire de Dangmar) où ils ont abattu un Dragon roseâtre qui pourrait être Slaanesh*, et dont ils ont coupé la tête pour l’exhiber devant la Volkshalle, avec les conséquences que l’on sait –  quand Conrad, disais-je, se pose la question de détruire l’œuf gigantesque qui est devant eux, bien protégé dans son coffre de bois aux capitons de velours, il n’y a que deux réponses possibles. Oui. Et non.

Jochen dit oui. Jochen dit toujours oui aux solutions extrêmes. Peut-être est-il également influencé par les étranges inscriptions runiques qu’il est le seul à déchiffrer dans l’observatoire, même s’il n’arrive pas à les lire.

Les autres hésitent. Donc plutôt non. S’il y a avait un dragon à l’intérieur ? Si c’était l’Héritage des Anciens, mentionné ici et là ? Si son contenu pouvait apporter quelque chose, plus tard ?

Quand Conrad se pose la question, il croit avoir une vision. Peut-être l’a-t-il réellement, d’ailleurs. Celle-ci :

vision du chaos

Celle de l’univers dans lequel flotte une petite boule de boue qu’on appelle le Vieux Monde, et sur lequel quatre petits points se déplacent depuis quelques mois, s’agitent en attente de réponse. En voici une. L’Ether. En perpétuel mouvement. Se moquant bien des questions des hommes.

* Petit arrangement avec la réalité, car il semblerait que ce soit Anna Hochburger, oui, vous avez bien lu, la dramaturge du Dragon et du Batelier, qui l’abattit elle-même d’un coup de mousquet. Mais vous savez ce que c’est : entre la réalité et la légende, imprimez la légende.

Lorelei

Lorelei

Je ne sais ce qui me rend si triste
Une légende des temps anciens m’obsède l’esprit
L’air est froid et l’obscurité tombe
Et le Reik coule lentement
Le sommet des montagnes brille dans la lumière du soleil couchant

La plus belle des vierges s’y tient assise, là-haut, si belle
Ses bijoux d’or brillent, elle peigne ses cheveux dorés
Elle les coiffe avec un peigne d’or et chante une chanson
A la mélodie violente et merveilleuse

Le nautonier dans son modeste bateau
En ressent une douleur sauvage
Il ne regarde plus les récifs, il ne regarde que là-haut

Je crois savoir que les vagues
Engloutirent finalement le nautonier et son bateau
Ainsi en fit le chant de la Lorelei

 

C’est ainsi que fut rebaptisée la péniche de nos Aventuriers, et que la Santa Maria devint la Lorelei.

Règles de navigation

Une grosse partie de la Campagne Impériale se déroule sur le Reik, et il faut donc souvent se servir d’une péniche. Voici ma version d20 des règles de navigation (cf. version originale du Capitaine Frakas), plus la table de incidents possibles…